Santé

Journée mondiale du sida

A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida du 1er décembre, le site parapharmacie E.Leclerc profite de cet événement pour sensibiliser le public sur la maladie. En effet le VIH Virus de l’Immunodéficience Humaine responsable du sida syndrome d'immunodéficience acquise, touche encore plus de 36 millions de personnes dans le monde.

 

1.Découverte du virus

Le VIH a été découvert en 1983  à l'Institut Pasteur par une équipe de chercheurs français dirigés par François Barré-Sinoussi et Luc Montagnier. Le VIH est un rétrovirus qui affaiblit le système immunitaire, et en l’absence de traitement, est responsable du stade sida. Le virus pénètre dans la cellule et va détruire peu à peu les lymphocytes T CD4+, des cellules chargées de la bonne coordination de la réponse immunitaire. Les défenses de l'organisme s'affaiblissent au point de ne plus pouvoir lutter efficacement contre des pathologies normalement bénignes (maladies opportunistes), devenant alors mortelles.

Le sida est à l'origine de nombreux décès dans les années 80 avant l'arrivée des premiers traitements efficaces.

Mais depuis l'arrivée des trithérapies, ce nombre ne cesse de décroître avec 2 millions de décès en  2008 versus 770 000 en 2018.

Malgré tout, cette tendance n'est pas valable pour tous les pays et on note des effets contrastés entre les pays : affection circonscrite et en régression en Occident, alors qu'elle est encore très présente dans les pays pauvres.

Il existe trois modes de transmission du VIH : la voie sanguine, la voie sexuelle et l'allaitement. Et les contaminations se produisent dans des proportions très variables.

Nous rappelons que le VIH  ne se transmet ni par voie aérienne (comme le rhume ou la grippe) ni par contact. Il passe d'un individu à l'autre uniquement à travers certains liquides physiologiques comme le sang, le lait maternel, le sperme ou les sécrétions vaginales. En théorie, on en retrouve également dans la salive, la sueur ou les larmes, mais en trop faible quantité pour infecter quelqu'un d'autre.

Le meilleur remède à une maladie qu'on ne sait guérir reste la prévention.

Et la prévention aujourd'hui efficace contre le virus du sida et accessible par tous, est le port du préservatif.

2.Le préservatif un moyen de prévention efficace

Si l'idée du préservatif a toujours germé dans l'esprit de l'homme depuis des millénaires en utilisant les intestins de moutons ou les vessies de porc, il aura fallu attendre 1880 pour produire le premier préservatif en latex, et 1930 pour avoir une production en masse.

Les premières campagnes gouvernementales françaises qui prônent le port du préservatif dans le cadre de prévention du sida ont débuté en 1987. Les années suivantes les spots publicitaires deviennent fréquents et banalisent l'utilisation du préservatif pour qu'elle en devienne un réflexe avant tout rapport sexuel.

En parallèle en 1996 les chercheurs ont réussi à développer la trithérapie qui permet au patient de mieux vivre avec le virus du sida. Un grand bouleversement dans la vie des personnes atteintes par le virus. Cela s'est traduit par une nette amélioration de la qualité de vie, et de moins en moins de morts associés à la maladie.

Ce constat concerne principalement les pays occidentaux dont l'accès aux trithérapies est facilité. Mais c'est aussi dans ces pays que l'on a remarqué un relâchement des comportements de protection, puisqu'on ne meurt plus du sida. Toute la difficulté est de sensibiliser les jeunes, qui n'ont pas vécu la période sombre des années Sida, et de leur soutenir un discours de prévention avec en tête l'utilisation du préservatif.

Dans les pays pauvres, la mortalité liée au VIH est encore élevée. En effet, les campagnes de prévention sont peu efficaces, et l'accès aux trithérapies reste difficile.

Alors on ne vantera jamais assez le port du préservatif en tant que moyen de prévention universel contre le virus du sida.

 

 

à lire aussi